L’essentiel de la conférence de presse de Jacques Brunel

L’essentiel de la conférence de presse de Jacques Brunel
Après avoir annoncé l’équipe, le sélectionneur du XV de France a justifié les noms qu’il a décidé d’aligner face au Pays de Galles

Face à la surprise de la non-présence d’Arthur Iturria, le Gersois s’est dédouané : « Bernard rongeait son frein (en raison de sa suspension, NDLR). Il faisait beaucoup de préparation physique. J’aime bien ce profil de joueur qui peut jouer en deuxième et en troisième ligne. Il a une grosse activité et une vraie attirance pour les zones d’affrontement. Il me semble meilleur en deuxième car il nous rend beaucoup de service par son activité. Et après avoir beaucoup bougé notre composition d’équipe, aujourd’hui il faut la fixer… Et sur le banc, Grégory Alldrittayant encore un peu de difficulté à tenir 80 minutes, on préfère privilégier l’apport physique de Louis Picamoles en fin de match. »

Brunel s’est également montré dubitatif face à la titularisation Dan Biggar par Warren Gatland : « Chacun prend ses responsabilités. Moi je sais qu'on serait dans le cas du championnat de France, deux commotions c’est trois semaines. Si on avait été dans le même cas, avec le protocole qu'applique la Fédération française de rugby. Si c'était notre joueur, il ne pourrait pas jouer. C’est tout ce que j’ai à dire… »

Enfin, le sélectionneur n’oublie pas que ce pourrait être son dernier match à la tête du XV de France : « C'est une possibilité, oui. Mais il ne faut pas que ce soit un frein, plutôt une motivation supplémentaire. Douze équipes sont déjà rentrées chez elles, dont certaines, notamment dans notre poule, ne l'envisageaient pas du tout. Nous, on est encore vivant, avec le stress d'un autre match à préparer. Il nous faudra beaucoup de courage, d'enthousiasme et de détermination. J'espère qu'on pourra montrer un beau visage pendant 80 minutes. »

News associées