Les réactions des sélectionneurs après Pays de Galles – Afrique du Sud

Les réactions des sélectionneurs après Pays de Galles – Afrique du Sud
Après le match difficile entre les deux équipes, les sélectionneurs sont revenus sur un match haché avec bien plus de joie côte sud-africain

Rassie Erasmus (sélectionneur de l’Afrique du Sud) : « On a regardé comment les Gallois avaient remporté le Tournoi des Six Nations. On a compris qu'ils étranglaient lentement leurs adversaires. On n'a peut-être pas proposé un jeu spectaculaire mis la victoire est bonne à prendre. Nous avons montré qu'on pouvait s'adapter au jeu vif et en mouvement des All Blacks, tout comme au long jeu au pied proposé par les Gallois. On sait comment joue l'Angleterre même si cette équipe a beaucoup progressé depuis notre dernière rencontre. On est conscients d'avoir nos chances. J'ignore si une finale de Coupe du monde se remporte avec un jeu déployé. On verra bien. On n'a pas autant de moyens financiers que l'Angleterre qui dispose d'un super système et de beaucoup plus d'entraîneurs disponibles. Par contre on a un bon vivier de joueurs, même si on a un tas d'autres problèmes à gérer en Afrique du Sud avec la faiblesse de notre monnaie. On a eu des discussions avec les franchises qui évoluent en Super Rugby et elles ont joué le jeu qui allait dans le sens de notre équipe nationale ce qui explique qu'on soit à ce stade de la compétition. »

Warren Gatland (sélectionneur du Pays de Galles) : « On peut garder la tête haute vu le parcours qu'on a accompli en Coupe du monde. Bien que déçus, on peut être fiers. J'aurais rêvé de battre l'Angleterre en finale. On n'a pas vu de rugby très fluide ce soir. On a essayé de bouger un peu le ballon en première mi-temps mais ensuite, ça s'est résumé à un match bras de fer. Jusqu'à cinq minutes de la fin on a eu notre momentum mais on a été pénalisé. J'ai déjà éprouvé des sentiments de déception plus fort au cours de ma carrière quand on n'avait pas tout donné mais là les gars ont fait ce qu'ils sont pu. On a eu des blessés mais on ne cherche pas d'excuses, ça fait partie du jeu. Face à des ballons lents, on a essayé d'accélérer le jeu mais les Sud-Africains nous ont compliqué la tâche. Les Springboks ont la dimension physique pour perturber les Anglais. Pour l'emporter, il faudra peut-être qu'ils pratiquent un rugby plus ouvert. Mais on a déjà vu, lors des éditions précédentes de la Coupe du Monde, des équipes pratiquer un jeu en demi-finales et développer une stratégie complètement différente en finale. Vendredi, on affrontera les All Blacks qui sont certainement aussi déçus que nous le sommes ce soir. À titre personnel (il est Néo-Zélandais), ce sera un énorme moment de ma carrière que de coacher cette équipe face aux All Blacks que je n'ai jamais battus avec le pays de Galles. »

News associées